Economies d'énergie et énergies renouvelables

Pour le bâtiment, la recherche de la meilleure efficacité énergétique des logements ne peut être élaborée qu’avec le concours des professionnels. Alliance Solutions Fioul encourage et soutient le développement des process de chauffage efficients, des technologies innovantes avec ses partenaires et les prescripteurs qui préconisent et installent les systèmes de production de chaleur au fioul domestique dans une démarche de compétences.

Agir pour les économies d'énergie et réduire notre impact environnemental.

La sobriété et l'efficacité énergétique sont des engagements de la Transition énergétique pour la rénovation thermique des logements et la construction des habitations.

Pour que cette mutation vertueuse et nécessaire se réalise, le pragmatisme dicté par des contraintes sociétales et économiques nous oblige à concevoir ce changement progressivement, dans la durée. Ainsi dans l'habitat, cette inflexion vers des énergies nouvelles, avec des procédés techniques de productions de chaleur différents, doit malgré tout inclure une part d'énergies fossiles disponibles mixée aux énergies renouvelables.

La mise en œuvre des systèmes de chaleur "hybrides" avec le fioul domestique inscrivent pleinement notre énergie dans la démarche actuelle de réduction des consommations d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre ainsi que dans les évolutions futures des bâtiments.

Le contexte énergétique

En 1997, en signant le protocole de Kyoto, la France a pris l’engagement de ne pas augmenter ses émissions de gaz dans l’atmosphère. Au-delà de cet objectif fixé, notre pays a diminué ses émissions de plus de 10 % entre 1990 et 2013 soit une baisse de 21 % par habitant.

En 2005, le tournant pour notre pays a été pris avec le Plan Climat et la loi POPE. C'est le facteur 4 : réduire par 4 nos émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050. Le Grenelle de l'Environnement avait « tracé » les orientations vers la réduction des consommations par l’amélioration de l'efficacité énergétique des produits utilisés et des systèmes mis en œuvre.

En 2015, la Transition énergétique a défini les objectifs pour rendre la France moins dépendante aux énergies fossiles et au nucléaire en conservant sa compétitivité économique. La sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables doivent en être le moteur dans une société dont le modèle est à inventer Dans la viabilité de la transition énergétique le secteur du bâtiment est très concerné avec 40 % de la consommation énergétique et près du quart des émissions, c'est le secteur économique "énergivore ".

La conférence de Paris (COP 21)

La Transition énergétique a fixé deux objectifs principaux de réduction de ses émissions (en référence à l’année 1990) :

  • D'ici 2030, réduction de ses émissions de 40 % avec une part des énergies renouvelables de 32 %.
  • D'ici 2050, réduction de ses émissions de 75 % avec une consommation énergétique diminuée de 50 %.

Sur la période 2015-2028, la France a aussi donné ses orientations pour entreprendre la transition vers une économie bas-carbone (Stratégie Nationale Bas Carbone - SNBC).
Pour le secteur du bâtiment le gisements très important de réduction des émissions a été fixé à 54 % avec la mise en œuvre des bâtiments à très basse consommation et à énergie positive, l’accélération des rénovations énergétiques, éco-conception.

Le fioul domestique, acteur du nouveau contexte réglementaire

Respectant les exigences de la RT 2012, une production de chaleur hybride couplant une chaudière à condensation fioul domestique et un système solaire répond largement aux contraintes de cette réglementation. Une maison individuelle consomme 10 fois moins de fioul domestique/an qu'il y a 20 ans.

En 2020, les logements nouveaux à énergie positive « BEPOS » produiront d'avantage d'énergie qu'ils n'en consomment. Les technologies développées par les constructeurs avec l'énergie fioul domestique existent déjà. Micro-cogénération, pompe à chaleur à absorption fioul domestique avec énergies renouvelables apportent quelques-unes des solutions techniques aux exigences de la réglementation thermique 2020.

Un autre bouleversement concerne l'application de la Directive européenne 2005/32/EC sur l’éco-conception des produits consommateurs d’énergie. Elle améliore la performance environnementale des produits tout au long de leur cycle de vie intégrant leurs aspects environnementaux dès leur conception. Pour le chauffage et l'ECS, ce durcissement conduit à la disparition des chaudières "standards" et à des émissions de NOx et sonores exigeantes. Là aussi, les matériels fioul domestique avec un bilan environnemental très performant accompagnent ce durcissement réglementaire.

L’encadrement réglementaire

Les bâtiments existants : labels HPE & BBC Rénovation

Le label « Haute performance énergétique rénovation » est une démarche volontaire destinée aux professionnels pour réaliser une opération de rénovation énergétique performante d'un bâtiment. Il justifie d’un niveau de consommation d’énergie afin d’obtenir des aides gouvernementales. L'arrêté du 29 septembre 2009 définit le contenu et les conditions d'attribution de ce label. Il concerne les bâtiments achevés après le 1er janvier 1948. Il atteste que le bâtiment respecte à la fois un niveau de performance énergétique élevé et un niveau minimal de confort en été.

Le label est délivré par des organismes certificateurs privés ayant passé une convention spéciale avec le ministère en charge de la construction.

Bâtiments résidentiels

Pour les logements, le label comporte deux niveaux :

Un niveau « haute performance énergétique rénovation, HPE rénovation 2009 » soit une consommation d’énergie primaire de 150 kWh/m².an *.

Un niveau « bâtiment basse consommation énergétique rénovation, BBC rénovation 2009 » soit une consommation d’énergie primaire de 80 kWh/m².an *
* Modulée selon la zone climatique et l’altitude

Bâtiments non résidentiels

Pour les bâtiments non résidentiels, le label comporte un unique niveau « bâtiment basse consommation énergétique rénovation, BBC rénovation 2009 », c'est à dire une consommation inférieure de 40 % à la consommation de référence de la réglementation thermique « globale » des bâtiments existants (voir la page sur la RT existant globale).
Sources référentielles des informations : www.rt-batiment.fr


Ce document présente les travaux les plus pertinents d'une rénovation réussie pour atteindre les niveaux de performances thermiques HPE rénovation et BBC rénovation.

La RT 2012, l'efficience énergétique des bâtiments neufs

La RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWh EP/(m².an) en moyenne, tout en suscitant :

  • une évolution technologique et industrielle significative pour toutes les filières du bâti et des équipements,
  • un très bon niveau de qualité énergétique du bâti, indépendamment du choix de système énergétique,
  • un équilibre technique et économique entre les énergies utilisées pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire.

La RT 2012 est applicable à tous les permis de construire :

  • déposés depuis du 28 octobre 2011 pour certains bâtiments neufs du secteur tertiaire (bureaux, bâtiments d'enseignement primaire et secondaire, établissements d'accueil de la petite enfance) et les bâtiments à usage d'habitation construits en zone ANRU ;
  • déposés depuis le 1er janvier 2013 pour tous les autres bâtiments neufs à usage d'habitation (maisons individuelles ou accolées, logements collectifs, cités universitaires, foyers de jeunes travailleurs)

En savoir plus : fiche présentation de la RT2012

La contribution du fioul domestique à la maîtrise de l'énergie

Le fioul domestique : un produit de plus en plus élaboré.

Les caractéristiques du fioul domestique ne cessent d’évoluer en adéquation avec les avancées techniques des matériels de chauffage dans un souci d’économie d’énergie et de protection de l’environnement. Ses spécifications se durcissent régulièrement notamment dans les domaines de son stockage, de sa mise en œuvre, de ses propriétés de combustion et de ses rejets de gaz polluants.

 

Les fiouls domestiques de qualité supérieure

Ils présentent des caractéristiques améliorées. La combustion est optimisée réduisant sensiblement les émissions de polluants et de monoxyde de carbone. Les fiouls de qualité supérieure participent au maintien du rendement optimum de la chaudière dans la durée. Les consommations sont réduites et les rejets de gaz à effet de serre diminuent dans la même proportion. Un fioul de qualité supérieure est plus performant dans sa tenue au froid, sa stabilité à l’oxydation, odeur et résistance aux bactéries.

Les agrocombustibles, un fioul verts pour l’avenir ?

L’intégration au fioul domestique d’huile pure (oléagineux de colza ou de tournesol) est expérimenté. Cet agrocombustible produit un combustible à émission réduite de gaz à effet de serre et diminue notre dépendance énergétique nationale.

Les appareils de chauffage fioul domestique : les performances élevées du couple générateur-brûleur

Depuis plusieurs années, les brûleurs et les chaudières fioul bénéficient d’évolutions technologiques considérables. L’amélioration des rendements génère des économies d’énergie importantes. Résultat, les chaudière à condensation consomme 30 % d’énergie de moins que leurs ainées, une réduction égale des rejets dans l’atmosphère et un confort accru. De plus, une solution « hybride » fioul domestique & EnR (solaire), c’est 50 % de combustible en moins.

L'association du fioul domestique et des énergies renouvelables

Le document « Production de chaleur : associer le fioul domestique et les énergies renouvelables » présente tous les points clés d’une installation utilisant les énergies renouvelables avec une chaudière fioul domestique.

Le couplage du fioul domestique et de l’énergie solaire

Les arguments pour vos clients :

  • Des systèmes fiables et éprouvés. 
  • Des économies d’énergie très importantes pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.
  • Des aides publiques pour financer une partie de l’installation. (Crédit d’impôt, aides publiques nationales et locales, …).

Le système solaire couvre une partie des besoins annuels en chaleur de l’habitation.
Pendant les périodes de manque d’ensoleillement, le chauffage au fioul domestique prend le relais et assure les besoins nécessaires. 

La production de l’eau chaude sanitaire solaire (CESI) 

 

Le système solaire  combiné (SSC)

Le rayonnement solaire peut assurer de 50 % à 70 %* des besoins annuels d’eau chaude. L’eau chaude sanitaire stockée dans le ballon est réchauffée par un circuit hydraulique en liaison avec les capteurs solaires.

Le système solaire peut couvrir de 25 % à 60 %* des besoins annuels de chauffage.
La chaleur du rayonnement solaire, captée par des panneaux thermiques, est véhiculée par un circuit hydraulique vers un ballon de stockage.
Cette eau chaude est utilisée pour assurer partiellement le chauffage du bâtiment et la production de l’eau chaude sanitaire.
* Source ADEME

Attention : l’octroi de certaines aides et subventions publiques par vos clients nécessite la titularisation de l’Entreprise au label Reconnu Garant de l’Environnement. La mise en œuvre de ces équipements nécessite des compétences professionnelles reconnues par des appellations comme Qualifioul, QUALIBAT, QUALIT’EnR et l’appartenance du matériel choisi à la liste des équipements préconisés par l’AEME.

Le fioul domestique et le bois

Si votre client habite dans une région boisée, le chauffage au bois peut être une solution en complément de son installation au fioul.

On distingue 2 modes de production de chaleur avec le bois :

  • Les appareils d’appoint (inserts, foyers fermés, poêles, cuisinières) sont nécessairement couplés à une autre énergie comme le fioul domestique;
  • Les chaudières bois nécessitent un chargement régulier (bûches) et/ou un lieu de stockage important (granulés, plaquettes, etc.).

Des constructeurs proposent des associations de chaudières bois et fioul domestique (la chaudière fioul prend automatiquement le relais en cas de besoin).

Le label de qualité du chauffage au bois « Flamme verte » . Les principaux constructeurs d’appareils de chauffage domestique au bois ont signé la charte qualité «Flamme verte». Ils s’engagent à commercialiser des appareils économiques, sûrs et performants.

Voir le site www.flammeverte.com

La pompe à chaleur air/eau associée au fioul domestique

En hiver, la pompe à chaleur prélève les calories contenues dans l’air extérieur et l’amène à une température suffisante pour pouvoir chauffer le logement en utilisant de préférence des émetteurs basse température de type planchers chauffants et radiateurs « chaleur douce ». Son coefficient de performance évolue en fonction de l’hygrométrie et de la température extérieure. La chaudière fioul domestique prend le relais entre 2 C° et 0 C° afin d’optimiser la performance de l’installation.

Il est nécessaire de veiller à ce que la pompe à chaleur n’apporte pas de gêne acoustique pour les habitants et le voisinage.